Nouveauté BLOCH, ELGAR // Violoncelle de Guerre Agrandir l'image

BLOCH, ELGAR // Violoncelle de Guerre

LDV42

Nouveauté

On a tous, gravée dans nos mémoires musicales, l’exceptionnelle prestation de Jacqueline du Pré du fervent et passionné Concerto pour violoncelle, composé en 1919 par Edward Elgar à l’âge de 62 ans. Sans aucun doute contribua-t-elle à propulser au-delà de la seule sphère anglaise cet authentique et singulier chef-d’œuvre. Sans doute également peut-on à juste titre reconnaître qu’au fil du temps, d’autres instrumentistes ont apporté leur lecture souvent magnifique mais distincte. 

Plus de détails

20,00 €

+ En savoir plus

La démonstration nous en est fournie avec l’exécution de Gary Hoffman réalisée aux côtés de l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège et de son chef Christian Arming. Elle se distingue ici par sa musicalité et sa chaleur. 

Ernst Bloch commentait ainsi les dernières pages de Schelomo : « Cette œuvre est la seule de mon catalogue qui s’achève sur une totale négation, mais le sujet l’exige ». Le sujet et l’époque ! Écrite au cœur de la Grande Guerre de 14-18, le fond philosophique de cette rhapsodie judaïque tout entier résumé par la maxime de Salomon « Vanité des vanités, tout n’est que vanité » résonne aujourd’hui comme l’écho amer que Bloch percevait, réfugié dans son exil américain, des tueries qui ensanglantaient l’Europe, parabole à la fois biblique et inscrite dans l’Histoire du XXe Siècle. 

Gary Hoffman et Christian Arming détaillent ici la partition avec une souplesse et une sensualité presque improvisées : une grande réussite ! Voici l’occasion de (re) découvrir la musique d’Ernest Bloch, qui affirma toute sa vie dans sa musique ses racines hébraïques. 

+ Générique

Ernest BLOCH (1880-1959)
Schelomo for cello and orchestra

Lento moderato
Allegro moderato
Andante moderato 

Edward ELGAR (1857-1934)
Cello Concerto, op.85 

Adagio – moderato
Lento – Allegro molto
Adagio
Allegro – Moderato – Allegro, ma non troppo

TT : 51’34

+ Gary Hoffman

La plénitude de la sonorité, une technique parfaite, une sensibilité artistique exceptionnelle caractérisent le style de Gary Hoffman. 

Gary Hoffman fait ses débuts au Wigmore Hallde Londres dès l'âge de 15 ans. C’est ensuite New York qui l’accueille. A 22 ans il devient le plus jeune professeur de la célèbre école de musique de l'Université d'Indiana. Premier Grand Prix Rostropovitch à Paris, en 1986, il commence alors une carrière internationale et se produit avec les plus grandes formations, dans de célèbres salles en récital et est fréquemment invité dans de prestigieux festivals.

S’il affectionne le grand répertoire classique pour violoncelle, Gary Hoffman n’en dédaigne pas pour autant la musique contemporaine, dont il est un porte-parole engagé. Ainsi, des compositeurs tels que Graciane Finzi, Renaud Gagneux, Joel Hoffman, Laurent Petitgirard, Dominique Lemaître, pour n’en citer que quelques-uns, lui ont dédié leurs concertos.

Invité régulier de la Lincoln Center Chamber Music Societyà New York, il est un chambriste remarquable et très demandé. 

Gary Hoffman a enregistré pour BMG (RCA), Sony, EMI, Le Chant du Monde et désormais pour La Dolce Volta.

Installé depuis 1990 à Paris, Gary Hoffman joue sur un Nicolo Amati de 1662 ayant appartenu à Léonard Rose. 
Il enseigne depuis 2011 à la Chapelle Reine Elisabeth à Bruxelles.

+ Orchestre Philharmonique Royal de Liège

Créé en 1960, l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège (OPRL) est la seule formation symphonique professionnelle de la Belgique francophone. Soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles, la Ville de Liège, la Province de Liège, avec le concours de la Loterie Nationale, l’OPRL se produit à Liège, dans le cadre prestigieux de la Salle Philharmonique (1887), dans tout le pays, dans les grandes salles et festivals d’Europe, ainsi qu’au Japon et aux États-Unis.

Sous l’impulsion de son fondateur Fernand Quinet et de ses Directeurs musicaux (Manuel Rosenthal, Paul Strauss, Pierre Bartholomée, Louis Langrée, Pascal Rophé, François-Xavier Roth et, depuis 2011, Christian Arming), l’OPRL s’est forgé une identité sonore au carrefour des traditions germanique et française. Un travail qui sera poursuivi par Gergely Madaras, à compter de septembre 2019. À une volonté marquée de soutien à la création, de promotion du patrimoine franco-belge, d’exploration de nouveaux répertoires s’ajoute une politique discographique forte de près de 100 enregistrements. 

Depuis plus de 15 ans, l’OPRL a pris le parti d’offrir le meilleur de la musique au plus grand nombre, au moyen de productions originales et de séries dédiées.

Depuis 2016, il bénéficie d’un partenariat avec la chaîne TV Mezzo Live HD (Europe, Asie, Canada).

L’OPRL est également soucieux de son rôle citoyen tout au long de l’année, en allant vers des publics plus éloignés de la culture classique. Il s’adresse particulièrement aux jeunes, au moyen d’animations dans les écoles, de concerts thématiques (dont L’Orchestre à la portée des enfants) et surtout, depuis 2015, par la mise en place d’orchestres de quartier avec l’association ReMuA (El Sistema Liège). 

+ Christian Arming, direction

Directeur musical de l’Orchestre Philharmonique Royal de Liège (OPRL) depuis 2011, Christian Arming est né à Vienne en 1971 et a grandi à Hambourg. Disciple de Leopold Hager et proche collaborateur de Seiji Ozawa (1992-1998), il a été Directeur musical de l’Orchestre Symphonique d’Ostrava (1995-2002), de l’Orchestre Symphonique de Lucerne (2001-2004) et du New Japan Philharmonic de Tokyo (2003-2013). Depuis 2017, il est Premier Chef invité de l’Orchestre Symphonique de Hiroshima.

Dans sa ville natale, Christian Arming avoue sa chance d’avoir pu entendre chaque semaine des orchestres à la sonorité typiquement viennoise, mondialement réputés dans le grand répertoire germanique (R. Strauss, Bruckner, Mahler…), mais aussi découvrir les apports de Nikolaus Harnoncourt dans l’interprétation de la musique plus ancienne. À Liège, il met l’accent sur le répertoire d’Europe centrale, profite de la tradition que cultive l’OPRL dans le domaine de la musique contemporaine, transmet sa connaissance de la musique slave, et tchèque en particulier, et enrichit le répertoire français cher à l’Orchestre.

Christian Arming a dirigé plus de 50 orchestres dans le monde entier (Berlin, Vienne, Francfort, Leipzig, Stuttgart, Strasbourg, Munich, Rome, Genève, Boston, Cincinnati, Houston…). Il est également très demandé à l’opéra (Salzbourg, Cincinnati, Trieste, Lucerne, Vérone, Strasbourg, Francfort, Tokyo…).

En une douzaine d’années, il a enregistré des œuvres de Brahms, Beethoven, Mahler, Janáček et Schmidt (notamment avec le New Japan Philharmonic), Escaich avec l’Orchestre National de Lyon, et avec l’OPRL, la Symphoniede Franck, Saint-Saëns (3 CD), Gouvy (Palazzetto Bru Zane), Wagner, Jongen.

+ Playlist

30 autres produits dans la même catégorie :

Meilleures ventes

Nouveaux produits

Déjà vus