CHOPIN - Les 4 Ballades / Philippe Bianconi

LDV14

Nouveauté

Philippe Bianconi offre une narration pudique et chevaleresque de Chopin par un jeu d’une grande tendresse. L’émotion affleure dans une sorte de lutte où le pianiste montre à quel point ces partitions « inventent » le piano moderne. Il les jouent en conséquence, marquant la violence, les revirements, les sonorités contrastées, les sauts dans l’inconnu.
Une vision neuve, d’une noblesse et d’une exigence rares.

 

Plus de détails

15,00 €

Ajouter à ma liste

+ En savoir plus

Le choix est clair : dire avant de chanter, ce qui ne signifie pas ne pas chanter mais alors dans l'ombre, dans le noir, dans la réserve.

Tout comme dans les Préludes de Debussy, on n'entre pas aisément dans ce piano altier et sans concession d'aucune sorte. Rubato et effet minimal, rien ne reste dans l'ombre. À aucun moment, le pianiste ne se raconte. Il a trop à dire avec une musique aussi chargée, exploratoire, comme la Quatrième Ballade et la Barcarolle. Celle-ci, justement, est l'une des plus belles que l'on ait entendues et certainement le sommet de cet enregistrement. Tendue par un tempo qui respire, elle se déploie avec juste ce qu'il faut de nonchalance, d'engagement et de rigueur. L'émotion affleure dans une sorte de lutte et Philippe Bianconi montre à quel point cette partition "invente" le piano moderne.

À l'opposé d'un Cortot qui captait le moindre frémissement dans l'instant et d'un Magaloff inspiré par la grandeur du souffle de chaque phrase, Bianconi offre, lui, une narration pudique et chevaleresque à la fois.

+ Playlist

+ Détails CD

Ballade n°1 en Sol mineur, op.23

Ballade n°2 en Fa majeur, op.38

Prélude en Ut dièse mineur, op.45

Ballade n°3 en La bémol majeur, op.47

Ballade n°4 en Fa mineur, op.52

Scherzo n°4 en Mi majeur, op.54

Barcarolle en Fa dièse majeur, op.60

+ Vidéo

+ Découvrez les autres albums du même interprète